Pace / Les arts de la scène face à la crise en Europe.

Pace (acronyme anglais de performing arts for crisis in Europe)

Pace est une plate-forme d’apprentissage dont la volonté est de stimuler et développer la cohésion européenne. Le partenariat éducatif associe des organisations théâtrales d’Italie, du Portugal, d’Irlande, de Suède et de France. Il a été conçu dans le contexte européen de la crise de la dette de 2012. Les organisations concernées ont en commun de mettre en jeu les questions politiques et géopolitiques dans leurs projets, en particulier à travers d’ateliers pour adultes et étudiants. Parmi les sujets sur lesquels elles travaillaient pendant la période 2012-2014, la crise et ses conséquences à travers l’Europe figurait au premier rang.

Les membres de ces organisations ont partagé leurs approches pédagogiques spécifiques dans le domaine des ateliers artistiques qui associent l’écriture, la création et le débat. Elles ont effectué des expériences pratiques communes au travers de workshops ouverts à la communauté locale. Elles ont élargit et enrichit leur approche pédagogique. En expérimentant de nouvelles propositions transversales, les membres du projet ont voulu donner aux citoyens européens de moyens nouveaux pour questionner les problèmes politiques et géopolitiques qui les concerne tous.
Pace a permis d’identifier de nouveaux moyens d’associer les artistes et le public à l’échelle européenne afin de favoriser les échanges de connaissance et de compétences. Cette initiative a proposé de considérer la confrontation esthétique théâtrale / enjeux politique comme un nouveau moyen de faire face à la crise en Europe.
Le projet PACE a permis a des artistes pédagogues professionnels associés à des européens impliqués dans une citoyenneté active de voyager entre 5 pays et d’échanger leurs pratiques. Ces temps de partage se sont déroulés en lien avec les communautés locales invitées à participer aux travaux. Nous croyons que cette démarche a permis une relation renouvelée entre théâtre et politique : une action engagée pour une cohésion européenne renouvelée.

Rec>ON (réconciliation)

Rec>ON (réconciliation) est un projet de coopération artistique et citoyen associant des artistes de 4 pays : Allemagne, Arménie, France et Turquie.

Il a été soutenu par le Programme Culture de l’Union Européenne.



Itw Cengiz Aktar / 4. Reconciliation / webdoc… par brunofrey

Itw Sevak Artsruni / 4. Future / Webdoc Rec>ON par brunofrey

Itw Christoff Bleidt / The Descendants and the… par brunofrey

Comment donner une dimension artistique et citoyenne à un débat européen très sensible, trop souvent réservé au champ politique ?
Comment permettre à des citoyens de quatre pays si différents de s’approprier ensemble la question de la réconciliation pour la transformer en une œuvre artistique ouverte et stimulante ?

Il n’est pas indispensable de garder toujours le même point de vue ; personne ne peut nous empêcher de devenir plus intelligent.
Konrad Adenauer

Nous ne jouons, les uns les autres, que les accords que nous connaissons. Pourquoi ne pourrions-nous pas reconstruire notre mémoire commune en transformant le monologue en dialogue ?
Hrant Dink

desc_photocompo9

Sedef Ecer, auteure d’origine turque, Serge Avédikian, documentariste d’origine arménienne, et Bruno Freyssinet, metteur en scène français, initient un processus de création fondé sur le dialogue, le partage et la confrontation. Ils attendent de la conjugaison de leurs inspirations la création d’une œuvre commune ouverte et stimulante. Et le sujet s’y prête.

Voici trois artistes associés autour du thème de la réconciliation. Leurs dialogues partent de la réconciliation franco-allemande et de l’impossible réconciliation arméno-turque. Comme une convocation de leurs histoires personnelles face à l’Histoire de leurs pays d’origine.

Fruit d’une commande à Sedef Ecer, Les Descendants est la pièce qui découle de ce processus de création fait de résidences de recherches, d’ateliers avec des jeunes des 4 pays, d’interviews de personnalités et de débats publics. Un parcours initiatique pour remettre en question les a priori pour explorer et créer véritablement ensemble.

Après l’écriture de la pièce, les comédiens associés ont pris le relais de ce processus créatif. 8 interprètes originaires d’Allemagne, d’Arménie, de Turquie et de France, 4 actrices et 4 acteurs de générations différentes se sont appropriés le texte et l’ont adapté avec l’équipe artistique (dont les 3 élèves sortant de l’Ensatt) lors d’une résidence de création à Erevan en octobre 2011.

 

Le spectacle présenté à l’Aquarium en mai 2012 constituait une nouvelle étape d’un processus en mouvement qui interroge la réconciliation au travers du texte de la pièce, mais aussi au travers de l’équipe présente sur scène en création, exemple même d’un dialogue possible.

La pièce a ensuite été présentée à Berlin, au Teater Aufbau Kreuzberg. Puis l’équipe est retournée en Arménie, cette fois dans la ville de Gumri, pour proposer une dernière rencontre et présentation autour du projet dans le contexte de la visite d’une importante délégation turque.

desc_photocompo1

Le projet s’est déroulé dans le cadre de projets de coopération soutenu par la Commission Européenne et le Programme Culture 1.3.5, coopération avec les pays tiers. Le dossier Rec>ON a été sélectionné en juillet 2010 par les experts européens pour une mise en œuvre de janvier 2011 à septembre 2012. La compagnie a ensuite trouvé d’autres soutiens auprès de ces partenaires allemands, turcs et arméniens. La Fondation allemande Robert Bosch a ainsi soutenu le projet. En France, Rec>ON a obtenu l’aide au projet de la Drac Ile de France, de la Région Ile de France, de la DDCS 92, de la Mairie de Paris, de la Spedidam et de l’Adami, et la coproduction du théâtre de l’Aquarium-Cartoucherie (direction François Rancillac).

 

Les Descendants

texte Sedef Ecer (Turquie)
mise en scène Bruno Freyssinet (France)
artiste associé Serge Avedikian (Arménie)
traduction Christoff Bleidt (De) Yvette Vartanian (Ar) Sedef Ecer (Tr)

avec
Selin Altiparmak (Tr)   Hadrien Bouvier (Fr)
Tatevik Ghazaryan (Ar)   Vardan Mkrtchyan (Ar)
Julia Penner (De)   Gérard Torikian (Fr)
Andreas Wrosch (De)   Serra Yilmaz (Tr)

assist. mise en sc. Arthur Navellou (Fr)   musique Gérard Torikian (Fr)
costumes Antonin Boyot Gellibert (Fr)   lumière Mariam Rency (Fr)
vidéo Marion Puccio (Fr)    son Samuel Serandour (Fr)
scénographie conçue par Antonin Boyot Gellibert, Mariam Rency, Marion Puccio et Samuel Serandour
maquillage Tamara Baroyan  Dir. technique Hamazgayin Tigran Abajyan
construction Albert Hambardzumyan   Habilleuse Siranoush Mkrtchyan

cadre Boubkar Benzabat (Fr)   prise de son Karim Lekehal (Fr)

coordination / direction de production Juliette Bompoint (Fr)
production Christoff Bleidt (De)   Hella Mewis (De)
Banu Ecer (Tr), Burcin Gercek (Tr)   Vardan Mkrtchyan (Ar)
assistants de production et communication Armen Baghdasaryan (Ar)
Hrachya Nersisyan (Ar), Élise Gonin (Fr)

desc_photocompo7

 

World Crisis Theatre / Le théâtre d’un monde en crise

Coopération sur la crise financière et ses conséquences en Europe
Projet de coopération européenne artistique et citoyenne
entre la Grèce, l’Islande, la Suède, le Portugal, l’Italie, l’Allemagne et la France
PROGRAMME CULTURE VOLET 1.2.1 – PROJETS DE COOPERATION

World Crisis Theatre proposait d’associer des artistes, des jeunes et des représentants de la société civile originaires du Portugal, d’Italie, d’Islande, de Grèce, de Suède, de France et d’autres pays Européens invités. L’objectif global était de mener une enquête, provoquer une réflexion commune et initier propositions artistiques et documentaires sur le thème de la crise. Cela s’est concrétisé notamment au travers de différents workshops et la création de plusieurs pièces de théâtre dont l’une — The European Crisis Games — rassemblait des artistes venant des différents pays partenaires. Au travers de cette expérience, des citoyens d’Europe se sont interrogés sur la crise, un phénomène qui bouleverse leurs économies, leurs sociétés et leur perception du monde, et ont pu donner naissance à des propositions à la fois artistiques et citoyennes.


The Power of Yes de David Hare, mise en scène de Bruno Freyssinet, Festival d’Epidaure (Greece), Août 2013

Stuff happens / des choses qui arrivent

3527539531_228cd7dab6_b

Avril 2003, les Etats-Unis envahissent l’Irak. Devant la mise à sac de Bagdad, Donald Rumsfeld déclare aux journalistes médusés :
Stuff happens! Ça arrive à tout le monde !

David Hare nous invite à scruter notre monde depuis ce jour fatidique où deux tours sont tombées à New-York.

La trame de Stuff happens est un habile tissage de déclarations publiques des protagonistes — Bush, Blair, Powell ou Villepin —, et de scènes intimes imaginant ce que le pouvoir soustrait à notre regard.

Ainsi verbatim et fiction s’intriquent non sans humour comme les champs publics et privés, politiques et personnels.

Le jeu des manipulations et des ambitions suit son cours inexorable vers une guerre devenue aujourd’hui si familière qu’on ne la voit presque plus.

Stuff happens nous met au défi de reprendre la parole, de reprendre nos responsabilités, et qui sait, peut-être de reprendre espoir.

3527540921_e3fa0740e8_b

Continue reading

One Land Many Faces / Un Pays, des peuples

visitez le site consacré au projet onelandmanyfaces.eu

OLMF visuel Sept15 copie

 

Une franco allemande de Berlin, une Belge de Bruxelles originaire de Hong Kong, un Basque Espagnol, une Britannique Galloise, un Français d’origine congolaise et une Hongroise de Budapest.
Ceci n’est pas une blague. Et pourtant ces six artistes-performers montent sur scène comme dans un bateau, pour une destination incertaine : l’Europe. Qu’est-ce qui fera d’eux des Européens ? Comment accorder leurs identités ? Comment se comprendre ? Comment créer ensemble ?

 

Continue reading